Blog Cloudwatt

Le Cloud Computing, une révolution managériale avant tout

La lecture d’un article paru sur le site bien connu GigaOM, Disruption at the core : How the cloud will commoditize the upper middle-class, (Ashwin Viswanath, Informatica) m’a fait réaliser que la progression du Cloud Computing dans les entreprises (qu’il soit public, privé ou encore hybride) ne révélait pas uniquement une volonté de réduire les coûts d’infrastructures et de test&dev, ainsi que de s’adapter à la mobilité des employés. Il y a dans l’adoption du Cloud Computing une volonté de changement plus profonde, au niveau organisationnel.

La multiplication des applications en mode SaaS et l’accès banalisé à des données issues de l’analytique entraine une redéfinition des rapports entre les différents départements, une transformation de certains métiers et une évolution de l’organigramme. C’est le management de l’entreprise numérique qui prend forme à travers les nouvelles pratiques collaboratives et digitales.

Les départements dialoguent…enfin.

Forts de leur expérience personnelle sur les réseaux sociaux, les collaborateurs sont immédiatement séduits par ce nouvel outil collaboratif qu’est le réseau social d’entreprise. Le RSE est un nouvel espace d’échange au sein de l’entreprise qui se différencie de l’intranet traditionnel par la possibilité de dialoguer avec des groupes ou des individus ciblés et par la simplicité de rechercher une information. Le Cloud Computing est à la base de cet outil commercialisé en mode SaaS ou hébergé avec acquisition d’une licence. D’autres applications sociales viennent renforcer ce dialogue qui permet aux collaborateurs de ne plus travailler en silo et d’être rapidement mis au courant des évolutions des projets qui les concernent et de l’actualité de l’entreprise.

Les métiers changent, parfois de manière radicale.

On savait déjà que l’apparition de nombreux outils collaboratifs en mode SaaS et des réseaux sociaux professionnelles (Linkedin, Viadéo…) avait fondamentalement changé les habitudes de travail de certains métiers comme les RH ou les équipes Sales. Les uns interconnectent jobboards, réseaux sociaux, SIRH et site internet carrière ; les autres prospectent de manière ciblée, collaborent sur un CRM et échangent des conseils dans des groupes thématiques. En bref, le commercial devient social.

Ne dites plus chefs de produits mais experts en design, ne parlez plus de R&D mais de product owners.

Un autre exemple plus flagrant est la redéfinition des missions du chef de produit. Le chef de produit c’est avant tout le patron du backlog et de la roadmap. Il définit les fonctionnalités du produit en fonction des interactions avec le client et livre aux responsables R&D un calendrier avec des priorités de développement. Dans le cas d’un projet de software, d’application métier ou de matériel informatique, on assiste à deux changements majeurs dû à l’utilisation du Cloud Computing dans les entreprises IT. Tout d’abord, la standardisation des infrastructures de hardware et des plateformes de développement. Ensuite, l’utilisation d’outils de management de projets en SaaS. Il en résulte que le chef de produit concentre ses compétences sur le seul élément différenciateur qu’il peut dorénavant apporter à son produit : l’interface utilisateur. Il entre alors dans une course effrénée au meilleur design, utilisant de nouveaux moyens d’analytique pour prendre ses décisions. En outre, le responsable R&D, quant à lui, devient plus autonome car il a dorénavant accès à des outils permettant une interaction direct avec le client (partage de documents, discussion…). Fini les backlogs et les réunion de priorisation interminables. Les développeurs sont confrontés directement aux demandes du client et prennent le rôle de product owners.

L’informatique interne : le nerf de la guerre

On entend souvent que le rôle du DSI est menacé avec l’arrivée massive du Cloud Computing en entreprise. Toutefois, le rôle du DSI s’élargit : aider les employer à mieux collaborer et à protéger leurs fichiers, développer et déployer en mode SaaS des applications métiers toujours plus gourmandes en données, organiser la migration des bases de données dans le Cloud.

Une mutation de l’organigramme

La progression du Cloud computing dans les entreprises entraine un véritable challenge managérial car elle annonce la fin du middle management et l’aplatissement de l’organigramme classique. Des équipes composées de responsables R&D, designers et responsables marketing travaillent à présent en cellules autonomes sur les divers projets de l’entreprise. Les travaux journaliers sont reportés au top management tandis que l’informatique interne, les RH et la finance adoptent un rôle de support. Nul doute que les entreprises ayant entrepris leur transition vont rencontrer un certain chaos et auront besoin de temps pour s’habituer à ce nouveau type d’organisation. Cependant du chaos naitra une stabilité à long terme où la culture démocratique et l’interaction avec le client deviendront les valeurs les plus importantes.

Crédits

Photo : Kostis Sohoritis - http://500px.com/photo/55731816

comments powered by Disqus